LE DÉPUCELAGE – 4 – QUE JUSTICE SOIT FAITE

Elle n’alla pas jusqu’à la fellation, si là est tout ce qui vous taraudait.

 

Aussi mièvre et niais Cool se l’était arrangé : nounours bien brave, riche à évincer, l’ours avait été prudent. La mielleuse lui avait parlé de Cool, et, s’il n’avait fait mine de s’en soucier, il s’était du moins assuré que ses arrières seraient bien couverts en cas d’absence prolongée…


LE DÉPUCELAGE – 4 – QUE JUSTICE SOIT FAITE


 

Elle était aux toilettes. Cool avait préparé sa playlist. A son retour, il la laissa se plonger dans la musique.

Après un petit pipi de détente absolue, il fit une étrange découverte : un cône rouge en plastique mou surmonté d’une petite pointe. Il n’avait jamais vu cet objet.

 » C’est quoi le truc rouge en plastique ?

– Le truc rouge ?  Ah, c’est… C’est pour éviter d’utiliser des tampons, c’est pas bon pour la santé.

– Ah… Ok ! »

Mélange de gène et de sourire… Voilà ton trophée grand vainqueur : the flower cup !

Elle regrettait de le décevoir, mais il fallait bien qu’il sache.

Il avait vite zappé. Refus catégorique de la conscience. Ce ne fut donc que lorsqu’il eut une serviette hygiénique au bout des doigts que cela lui revint. Elle ne lui conseilla pas d’aller plus loin. Il manquait d’expérience pour ne serait-ce qu’imaginer une telle chose.  Elle, de son côté, craignait trop de lui gâcher son dépucelage. Elle n’avait jamais…

– Et puis n’était-ce pas dans l’ordre des choses après tout ? Cette ironie du sort qu’il dégustait depuis si longtemps. Lui l’Envie, lui la Convoitise ?

Heureusement, le bonheur était si grand que cela ne changerait rien au bout du compte. Ils auraient passé la nuit ensemble, et il tiendrait son souvenir. Elle aussi.

Pour ce qui est de la culpabilité, je vous laisse peser et distribuer.

« Quoi ??? Il l’a toujours pas baisé ??? » Pétunia Moore

Comment ça ? Que trouvez-vous à redire ? Voulez-vous encore saler sa note ? N’est-ce donc pas déjà assez ? Faut-il donc se vautrer dans un bain de sang pour devenir un homme ?

Passer une nuit à cajoler une femme, peau contre peau, à vénérer de tout l’appétit de son âme le moindre espace de l’épaule, de la main, des seins, des lèvres ? N’est-ce là perdre son pucelagePrendre tout c’qu’une femme peut vous apporter, et vous dire que ç’en est bien assez pour vous ?

– Oui, allez-y, faites-vous plaisir ! Osez lui gâcher le sien pour mieux savourer le vôtre ! Par pureté de principe !

Allez-lui dire, oui, dans son bus ! Allez le déranger, lui et ses yeux qui pétillent d’avoir découché, d’avoir enfin touché à l’amour d’une femme, d’avoir peu dormi… Détournez ses yeux de la buée de la vitre, détournez son regard de cette campagne alsacienne qui lui semble soudain si belle ! Et dites-lui qu’il n’est pas un homme.  Ah ! Ah ! Ah ! Nananannère ! Toujours puceau ! Oh, c’est beau ! Allez-y, oui, dites-lui que ce n’est rien ! – Mais voyons donc, c’est que c’est TOUT ! Alors non, nous n’ajouterons ici nul bassesse, ne serait-ce que pour nous épargner le mauvais œil. Nous sommes solidaires voyez-vous ! Alors OUI !

Lorsque léger, voletant parmi les cupidons enchanteurs, rêvant d’une vie épanouie auprès de sa Juliette, notre Roméo, jouisseur plein d’innocence, rentra au domicile familial, la banane jusqu’aux oreilles, son frère le certifia d’un sourire :

« Eh ! Cool a perdu son pucelage ! C’est un homme maintenant ! »

 

FIN – Epilogue

2 réflexions sur “LE DÉPUCELAGE – 4 – QUE JUSTICE SOIT FAITE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s