FESSENHEIM 5 : Un seul genre vous manque et tout est dépeuplé

Dans l’épisode précédent : la fête bat son plein, l’alcool coule à flots, Alex est fier et Océane jubile…

 

La main de Cool se lève au comptoir. On lui fait de la place. Des fois, il sentirait presque comme un roi. Mais il reste qui il est, et après une saucisse, la pinte s’impose. Ne serait-ce que pour l’haleine.

A ses côtés, la face caché sous ses longs cheveux noirs jusqu’aux chevilles, Gregario. L’appareil dans sa gorge émet une jolie voix métallique, du plus bel effet :

– Merde. Nés. Mauvais. Côté. Vieux.

Visiblement, ça le fait chier d’être né du côté Alsacien de la vie. Son vif esprit a qui plus est été contraint de s’exprimer en télégramme. Que du bonheur. Heureusement, ce connard de Cool, que lui dire ? V’là qu’il faut toujours qu’il vous ramène un rayon de soleil dans la gueule quand vous désirez faire une longue sieste reposante dans la déprime la plus confortable. Chier !

Pour le dire autrement, Show a appris à lire entre les lignes. Du télégramme. Et là, c’qu’il y a à capter, c’est que l’Gregario aimerait bien qu’il y ait plus de midinettes. C’est pas pour demain.

    • Allez, à la tienne ! Santé !

Trinquer en disant « santé » a repris du sang. Comme si le sang avait coulé ans le mot pour lui redonner de la vigueur.

    • Ouais. Anarchie. C’est. Mortel.

Gregario, c’est vrai, on l’laisse cultiver en paix. Et même s’il n’en fume plus, il aime bien voir des feuilles à sept doigts. La police a d’autres infirmes à fouetter : elle se masse à la frontière. Il sourit.

– Entrées. Femmes. Bais…

– Oh ! Oh ! Oh ! Je vous arrête tout d’suite Môôssieur  ! Relancer la natalité chez les assistés, mais vous n’y pensez pas !

Cool sait d’quoi il parle. Il a bien tenté une fois de jouer de son charme à la frontière, « pour passer le temps ».

NONE SHALL PASS

Nul ne passe. Ni dans un sens, ni dans l’autre. Ou peut-être juste la fille du ministre et son équipe vidéo…

Bref. Il en a déduit qu’les Bien-portants veulent éviter la procréation d’enfants mutés.

( Note plus tard : demander son certificat de stérilité.)

 

 

Here is the end, our only friend

Une réflexion sur “FESSENHEIM 5 : Un seul genre vous manque et tout est dépeuplé

  1. Ping : FESSENHEIM 4 : Absurde, gloire et beauté – Rich and Co Editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s