FESSENHEIM 1 : Où tout n’est qu’ordures de beauté

FESSENHEIM

1

Le vieux ouvre sa bouteille de rhum arrangé. Robe délicieuse, courbe sinueuse. Danse fruitée dans le palais du goût.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté, arômes de cannelle et de vanille… île où se chantent les étreintes de la mer et du vent… Souvenirs de criques turquoises… L’époque de la grande liberté !

Ha… Les fesses bien enfoncées dans le canapé bleu miteux de sa cahute, il déguste, le vieux.

 

Dans la cale, le fils, lui, savoure.

Ses mains piratent la peau de la ravissante – Oh ! … Océane Destin.

La belle estropiée se mord les lèvres, ravie de sentir son moignon, au bout du dard, s’imprégner d’art… (Océane est poète à ses heures trouvées.)

Une titite larme, tout de même, au moment de loger son bras dans le peignoir. Cool vient d’ouvrir la fenêtre. Elle frissonne.

 

Dans le ciel, des hélices chatouillent les orteils des nuages. 

« Allo la base, ici le San. R.A.S. Les lumières sont au vert !

J’te crois pas ! Tu mens ! Naaaaaannnnn !!!! »

Sur l’autre rive de l’onde radio, le Yann aime s’exprimer avec emphase, histoire de mettre un peu d’piment dans le quotidien de ce taf des plus barbants. Surveillance des mouvements de population à l’abord des frontières…

«  Pas même un point noir qui court dans les champs ? Vas-y, regarde bien, s’te plaît !!!!!

Niet boulette. La routine. Désolé mec. 

Font chier ces irradiés ! On va finir par perdre not’ taf s’il s’passe jamais que d’chi ! loOl -_- »

Mais, quelques minutes plus tard, enfin un truc ! 

« Yann, t’es là ?

– Ouais, quoi ? L’ennui ou la désolation ?

– Ils préparent une fête ! Y a l’Alex et sa clic en train de monter une tribune. Attends juste, j’prends une photo… Nickel !!! Wouhouhou !!!

– Ha ! Ha ! On s’est fait plaisir avec son troisième mois à c’que j’vois ? T’as flambé pour le zoom black mamba ?

Dans le mil !

– T’as vu ?

– J’avoue. »

Le San connaît bien l’Alex. Il est content de lui. Il vient d’prendre une photo excellente de son crâne vu du ciel. Faudra qu’il lui envoie par mail ce soir ; ça f’ra plaisir.

Alex et le San se sont connus avant la catastrophe. Le jour J, le San était au Japon. A son retour, plus d’accès aux siens. Il reste internet.

Il regarde avec nostalgie la vallée de la couronne. Un joli passage creusé dans une colline de gré par une rivière anodine, la Mossig. Cherchez pas y’en a plusieurs. Il y a une route qui y passe désormais. Le San se dit que c’est un exemple de plus de la puissance du tao. Une rivière qui t’a défoncé pépère tranquille une forteresse naturelle de gré… Enfin, ce n’est qu’une théorie : le Yann, plus branché héroïc-fantasy, miserait plus sur la version du géant qui s’en est levé, pour finir pétrifié en cathédrale au bout d’une balade de quelques lieux. Alors, allez savoir…

Ce qu’il en reste, c’est le Kronthal et sa falaise rose où flânent les escaladeurs. Le San aime tenter d’les capturer. Un sacré défi. Maximum de vitesse, ISO pico bello, mise au point ninja : du grand art ! Du moins en idée. Pour l’instant, en concret, ça n’a pas donné grand chose.

Pas facile cela dit, de photographier en pilotant. Plutôt risqué même, voire illégal… Heureusement que les poulets ça vole pas.

C’est juste la mort, ou la vie. La terre, ou le ciel, le grésillement d’une colonie de fourmis, les arabesques d’un murmure d’étourneaux… 

L’Alsace n’a pas tant changé depuis la catastrophe. On peut y vivre.

 

 

Générique

 

Fessenheim 2 

2 réflexions sur “FESSENHEIM 1 : Où tout n’est qu’ordures de beauté

  1. Ping : FESSENHEIM 2 : De la dédramatisation pathétique – Rich and Co Editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s