Collection Littérature : Nouvelle de Nathalie Michel, « Il me tarde tant… »

profil nathalie michel rich and co editions

    Une tuerie, dans tous les sens du terme… oups!

The Rich


Il me tarde tant …

    « C’est totalement gratuit, Monsieur. Les enfants adorent et en plus, il vient avec un cadeau ! » La voix au téléphone était convaincante. Patrick se dit que ce serait en effet une énorme surprise pour son beau-fils Lucas, de recevoir la visite du Père-Noël le soir du réveillon. Après la séparation difficile des parents du gamin, envenimée par un père violent, il se dit que chaque moment de bonheur était le bienvenu. « Ok ! Je suis d’accord. Ce sera une belle surprise en effet. » De l’autre côté du combiné, la voix se réchauffa de plus belle.

    « J’en suis très heureux. Notre Père Noël passera rencontrer Lucas et votre famille ce soir à minuit pile.

    -Merci, je surveillerai son arrivée par la fenêtre » sourit Patrick, excité de cette idée.

    « Vous ne le regretterez pas, chaque année, notre association apporte du bonheur à des centaines de foyer » conclut l’homme avant de raccrocher.

    A l’étage, Lucas jouait seul dans sa chambre. Sabine allait rentrer de son travail, sans doute fatiguée et de mauvaise humeur. Son métier d’infirmière avait souvent raison de ses sourires. Soucieux du bien-être de sa belle, rencontrée il y a quelques mois, le cuisinier s’activait pour terminer le diner. Toute la journée, il a multiplié les plats dont celui de résistance qui dorait dans le four. Les mots de Monsieur Girard résonnaient encore dans son esprit « Association du bonheur »… « Il nous reste un Père-Noël, profitez-en ! » Au moment de plonger les légumes dans l’eau bouillante, Sabine entra dans la maison, les bottes chargées de neige.

    « Mon dieu, quel temps ! Horrible et les routes, un pur bonheur ! » lança ironiquement la maman en jetant ses clés de voiture sur la commode de l’entrée. Patrick referma le faitout fumant et se dirigea vers elle. Ils s’embrassèrent tendrement.

    « Ça va, pas de soucis ? » demanda t-il.

    « Non, pas d’embrouille aujourd’hui et pas d’ex en vue. Ouf ! ».

    Au même moment, Lucas descendit les escaliers pour sauter dans ses bras.

    « Tu tombes bien toi, tu vas m’aider à mettre la table pendant que maman va se délasser dans un bain chaud ».

    Le beau-père était heureux de la tournure que prenait ce début de soirée qui allait être inoubliable. Dans sa tête, il voyait déjà dans l’antre de la porte du petit pavillon de campagne, le Père-Noël recouvert de neige, hotte à la main, pousser un « Oh ! Oh ! Oh ! » de dessin animé. Il sourit en imaginant la scène. Le repas passa rapidement. Déjà le cadran de l’horloge du salon affichait 23 h 45. Patrick avait réussi à faire patienter Lucas, couché sur le ventre, les yeux fixés sur les cadeaux tous aussi brillants les uns que les autres. Sous le sapin lumineux, ceux-ci attendaient patiemment. Sur le canapé, les amoureux enlacés ne perdaient pas une miette de ce spectacle. Soudain, le Driiiiiiing insistant de la sonnette de la maison déchira ce silence. Sabine sursauta d’un coup, faisant lever subitement Patrick du canapé qui s’en voulait d’avoir oublié l’heure.

    « C’est qui ? A cette heure ? » S’inquiéta la maman affolée. Ses yeux écarquillés cherchaient une réponse. Patrick la rassura en souriant

    « C’est une surprise pour Lucas! »

    Le beau-père courut à la porte pour faire cesser le bruit insupportable de cette satanée sonnette. Un Père-Noël apparu alors. Pas de hotte, mais un déguisement parfait.

    « Bonsoir, je viens rendre visite au petit Lucas ! » tonna la voix grave de celui qui allait être le clou de la soirée.

    « Oui, entrez ! » répondit un peu bêtement Patrick qui passa une dernière fois un rapide scanner du regard « Plutôt réussi ! » pensa t-il. Sabine était dans le salon debout et plantée en protection aux côtés de Lucas qui n’en croyait pas ses yeux. Il ne quittait pas du regard ce bonhomme qui s’était avancé vers lui sans hésiter et qui lui tendait désormais un cadeau de la taille d’une boîte de chaussures ficelée d’un énorme nœud rouge. Patrick les rejoint et s’assit sur le canapé. Sabine s’adressa à Lucas d’une voix hésitante

    « Tu peux le prendre Lucas ! Et dis merci au Père-Noël ».

    Lucas, émerveillé, s’exécuta avec timidité.

    « Attends, je vais t’aider à ouvrir ton cadeau ! » proposa le Père-Noël en s’agenouillant.

     Sabine se dirigea vers Patrick pour le remercier. Le petit rayonnait. De ses grosses mains gantées de blanc, le Père-Noël tira lentement sur le nœud rouge du cadeau. Il la passa à Lucas qui l’ouvrit des deux mains. Il marqua un moment d’hésitation. Son regard était plein de questions, ce qui ne manqua pas d’éveiller l’inquiétude de sa mère. Elle se leva rapidement, au moment même où le Père-Noël plongea la main dans la boîte pour en sortir un énorme pistolet qui cracha son premier projectile en un fracas de feu épouvantable.

    La tête de Patrick bascula en arrière, projetant une bouillie de sang sur le canapé au milieu de morceaux de crâne et de cervelles. Patrick n’avait pas eu le temps de bouger d’un centimètre. Sans ménagement, l’homme poussa brutalement l’enfant dans le sapin qui fit voler les cadeaux dans tous les sens. Il se cogna au lourd porte-sapin et perdit connaissance. La mère devenue lionne, avait eu le réflexe désespéré de se jeter sur le tueur en hurlant. Son attaque n’eut d’effet que d’arracher le bonnet et la perruque grise de l’homme qui lui asséna un coup violent au visage en se relevant brutalement.

     Elle tomba au sol, sonnée. Au moment de relever la tête, elle aperçut Richard, son ex-mari, les yeux injectés de sang, qui la fixait comme ivre, immobile. « Petit papa Noël » se mit-il à cracher comme une injure obscène. La mère chercha du regard son enfant et n’eut pas le temps de terminer son cri d’épouvante. Sa tête explosa comme un fruit trop mur. La seconde balle avait atteint sa cible. Un silence presque irréel remplit soudainement la pièce. Seule une quinzaine de secondes avait suffi à l’homme pour se repaitre de sa vengeance. Pris de soubresauts nerveux, il était figé, les bras ballants au milieu d’un champ de bataille dont le parquet absorbait déjà le sang des corps sans tête, gisant dans des postures ridicules.

    Il coupa d’un coup sa respiration haletante pour poser le canon de son 357 Magnum sur son front. Dans un dernier sourire de folie, les yeux fermés et la mâchoire serrée, il se mit à chanter presque en silence « Quand tu descendras du ciel, avec tes joujoux par millier ». Quand Lucas se réveilla, les lumières bleues des gyrophares dansaient dans le ciel.

    Fin de la discussion

Nathalie Michel


Nathalie Michel est un auteur de Polars confirmé, qui a publié déjà 3 Romans et un Recueil de Nouvelles Collectif.  Alors si vous avez aimé la nouvelle « Le bois dans tous ses états », vous allez adorer ses 4 livres, publiés aux Éditions du Citron Bleu (cliquez sur l’image ci-dessous pour accéder au contenu)

éditions citron bleu rich and co editions


L’opus incontournable de Nathalie Michel (pour commander ou avoir plus d’infos, cliquez sur l’image ci-dessous)


couverture-nathalie-michel-mille-etangs-meurtriers-rich-and-co-editions


    Pour acheter et commander ses trois derniers opus, Impitoyables, Les 1000 étangs meurtriers et le recueil collectif Noirs Flocons, rendez-vous à la Librairie Comtoise 11 Rue d’Alsace Lorraine, 70000 Vesoul (cliquez sur l’image ci-dessous pour plus d’informations)

la-librairie-comtoise rich and co editions


Retour à la page d’accueil (cliquez sur l’image ci-dessous)

rich and co editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s