Collection Littérature, Robert Ladroit-Pernel : « En principe un écrivain farfelu ne devrait avoir aucun principe »

    alter robert ladroit pernel rich and co editions

    Grâce à une amie facebookienne qui m’avait personnellement interpellé pour savoir à quelle heure il convenait de partir d’un principe, voici la réponse formulée par Alter ; pour ma part, je ne m’y serais pas risqué mais Alter, n’ayant peur de rien et surtout pas de dire une connerie ou de paraitre ridicule, s’y est attelé sans aucune hésitation sinon celle de la réflexion intense et de la grande cogitation :
  « En principe un écrivain farfelu ne devrait avoir aucun principe car le propre d’un principe c’est justement de n’être qu’un principe, idiot ou finaud tout dépend de l’écrivain qui l’applique, une sorte postulat qui ne serait pas d’Euclide mais d’Alter et dont il conviendrait de se défaire car derrière ce principe, que certains s’imaginent intangible et unique, consubstantiel à sa propre petite personne, se cache en fait une multitude d’autres principes tous plus ou moins invérifiables les uns que les autres et donc tous plus ou moins vrais, mais dont le plus important reste le principe du doute et de l’incertitude qui, comme chacun le sait bien pour l’avoir éprouvé au moins une fois au cours de sa vie, ne peut en aucun cas admettre l’existence d’un principe autre que lui-même ; certains petits malins s’imaginent, (à tort ou à raison, mais là n’est pas notre propos et d’ailleurs bien malin qui pourrait le dire, un écrivain farfelu encore moins que tout autre) qu’il existe une « floutitude » de principes aussi flous que nombreux et c’est pourquoi il convient d’abord et avant tout de savoir exactement de quel principe on parle et par voie de conséquence de quel principe on s’apprête à partir ; ne parlons pas des faux-principes, ceux que l’on affiche juste pour faire le beau et dont on se bat l’œil et le flanc gauche mais d’un principe ordinaire et banal, un de ces principes de tous les jours dont on se fout comme de l’an quarante mais auquel on fait semblant de croire juste par principe ; s’il s’agit d’un de ces principes là, alors, pas de problème ! On peut partir à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit pourvu que cette heure soit située entre le quart et la demie ; par contre, s’il s’agit d’un principe intangible, ferme et définitif, un de ces principes sans appel avec lequel on ne transige pas et auquel on ne déroge pas, sauf à y perdre son âme et qu’on le porte en bandoulière comme une rosette à la boutonnière alors, il convient de déterminer à quelle heure très précisément se situe le bon moment pour partir, de manière à faire en sorte de n’être ni en avance ni en retard, car vous en conviendrez aisément, partir au mauvais moment d’un bon principe peut s’avérer préjudiciable, non seulement à celui qui l’applique mais encore et surtout à celui qui le subit. »
Voici, vous l’admettrez, un bien joli principe mais c’est un principe sur lequel, par principe, Alter s’abstiendra de tout commentaire car c’est un principe qui n’appartient qu’à soi, en l’occurrence à lui et c’est très bien ainsi car de la même manière que chacun voit midi à sa porte, on ne voit bien les principes qu’à l’aune de ses propres principes.
En guise de conclusion, je conclurai personnellement en disant que s’il n’y a pas d’heure pour les braves, il y en a encore moins pour les principes et que par conséquent toutes les heures se valent.
De cette conclusion, vous pourrez tirer sinon une morale, du moins un principe ; enfin, en principe…
Ô putain ! Sacré foutrebite et mornecouille ! Pour un lundi ce cher Alter n’a pas fait dans la dentelle.

Robert Ladroit-Pernel


Commandez dès à présent la fiction romanesque de cet écrivain loufoque et farfelu en cliquant sur l’image ci-dessous (format Broché : livre normal)

le labyrinthe de mes reves rich and co editions

Commandez Le Labyrinthe de mes rêves en format Kindle-eBook pour liseuses numériques (cliquez sur le lien-image ci-dessous)

e-book Rich and Co Editions

« Dans cette fiction romanesque, loufoque et farfelue, Robert Ladroit-Pernel donne libre cours à son imagination ; grâce à une écriture soignée, riche et haute en couleur, il nous entraîne dans un univers onirique dans lequel on croise une multitude de personnages : Alter Ego et Don Bob sont deux brocanteurs littéraires, ce qui leur permet de côtoyer aussi bien le Capitaine Haddock, devenu galeriste averti, que le Petit Prince, le Père Noël, Prota et Goras, ou bien encore des jeunes filles en fleurs auprès desquelles on se mettrait volontiers « proustement » à l’ombre…
Plaisir de lire, de la phrase bien faite et joliment tournée, cette « fantaisie littéraire » ne manquera pas de vous séduire. »


Retour page d’accueil (cliquez sur l’image ci-dessous)

rich and co editions

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s