Best of Rich and Co: Chroniques, Nico La Blatte, « La Capriçocratie »

La « capriçocratie »

chronique du 13.10.16

    Je crois que la culture du « go-fast » est un symptôme d’un phénomène plus large qui est l’infantilisation de la société : tel le nourrisson, nous voulons tout, tout de suite et surtout, puisque nous sommes au centre du monde, il est inacceptable de ne pas l’obtenir. J’appellerai ça très prosaïquement la « capriçocratie » (désolé, j’ai pas trouvé mieux) et cela se vérifie à divers niveaux : au niveau de notre vie numérique comme tu l’as démontré, au niveau de notre alimentation (on veut pouvoir manger des bananes et des tomates où que nous vivions et quelle que soit la saison), au niveau de l’expression des convictions religieuses (il n’y a qu’à voir l’explosion du port du voile à l’université depuis quelques années, c’est très frappant), etc.

    Le go-fast alimente en même temps cette dictature du caprice mais les médias le font également à travers la publicité et des sociétés d’informations orientées idéologiquement. Cela induit une gymnastique intellectuelle compliquée pour nous, génération à cheval entre la X et la Y, parce que nous avons vu beaucoup de transformations entre notre jeunesse et notre monde actuel et nous n’avons pas les repères inconscients pour nous y fondre entièrement alors que nous sommes plongés dans la vie active et que ce mode de vie fait partie de notre quotidien.

    C’est un peu le sens de mon post de lundi dernier. Comment s’adapter au monde de 2016 avec des repères culturels et moraux du XXème siècle alors que le monde n’a jamais changé aussi vite ?

Nico La Blatte


Découvrez l’univers de cet Incroyable Artiste Touche-à-tout (cliquez sur l’image ci-dessous)

Site Nico La Blatte Rich and Co Editions.jpg


Retour Page d’Accueil

2 réflexions sur “Best of Rich and Co: Chroniques, Nico La Blatte, « La Capriçocratie »

  1. C’est étrange quand même…On est passés du « live fast, die young » à l’époque où on a essayé de vivre « intense » puisqu’on se disait que rien n’avait de sens, à « go fast, die old »…Ou comment aller vite à tout prix mais en étant obsédés par l’idée d’une vie « saine » qui ne supporte plus la moindre imperfection.
    …Ok, j’arrête ma philo à deux ronds tout de suite.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s