« On a grandi dans un quartier populaire » by Mustapha Amokrane Himself Chronique du mercredi 18 janvier 2017

illus-3

photo de David Aubert

Chronique du mercredi 18 janvier 2017

    On est des enfants de l’immigration algérienne et des enfants d’ouvriers : cela fait beaucoup d’éléments qui font que le départ dans la vie n’est par forcément évident. Et en même temps pour nous, la vie dans le quartier, ce n’était ni le paradis ni l’enfer, ni un fantasme ni un échec mais tout cela à la fois. On y vit, il y a des choses très dures, des violences, des choses difficiles à vivre, mais il y a aussi des choses très belles! On dit souvent qu’on ne changerait notre enfance pour rien au monde !

    Après, dans un quartier, il y a une réelle complexité, or la tendance est de faire un bloc de tout cela : les quartiers, les musulmans, les Gitans… Alors qu’il y a de multiples histoires de famille : on peut avoir grandi sur le même palier et ne pas avoir du tout la même histoire en tant qu’individu. Moi aujourd’hui je suis un adulte, j’ai des enfants, j’ai la chance de faire un métier qui m’a apporté beaucoup de reconnaissance, qui m’a fait prendre l’ascenseur social, qui m’a procuré des rencontres incroyables…

    Je me rends compte de ma chance par rapport à d’autres, univers sociaux que je jalousais lorsque j’étais enfant parce que je me disais que ceux-là avaient de la chance, qu’ils avaient de l’argent de poche… Quand j’entends des proches me raconter leur vie alors qu’eux-mêmes sont des enfants de gens favorisés, de médecins ou de professeurs, je me rends compte que moi-même par rapport à eux, j’avais une sécurité affective plus grande, j’avais des parents aimants, j’avais beaucoup de câlins, j’avais une sensation d’exister vraiment, j’étais accueilli. J’ai l’impression que ce que j’ai reçu de ce point de vue est essentiel.

    En plus d’une sécurité affective, j’ai en plus un minimum de formation politique puisque mes parents par exemple sont illettrés, mais ils étaient très investis : ma mère, comme elle parlait bien le français, faisait la traductrice pour toutes les femmes du quartier, même si elle ne savait ni lire ni écrire. Mon père était impliqué dans son travail, il avait des notions politiques qu’il nous faisait partager, des idées et des droits qu’il revendiquait. Et je pense que c’est pour cela que l’on a eu ce genre d’opportunité. Magyd Cherfi, un membre du groupe, même s’il est d’une famille différente, a aussi grandi dans cette sécurité affective qui a fait qu’il a pu développer sa parole et l’assumer en se disant : « je suis un individu, je peux parler ».

    C’est aussi ce genre de chose qui joue, par exemple, lorsque l’on subit de la discrimination. Je ne dis pas que je la subis aujourd’hui, je dis que je ‘ai vécue toute mon enfance, et même si on me fait remarquer que je ne la vis plus : tu vas au supermarché, c’est le surveillant qui te suit, qui te dit : « Mouloud, tu n’es pas au stade ? ». Tu joues au foot, tu vas à la campagne jouer, faire des matchs, on te traite de « bougnoul ». Tu marches dans la rue, c’est l’été, on te contrôle douze fois dans une journée… Ce sont des réalités!

    Je ne dis pas que j’ai été persécuté, je dis que je les ai vécues, j’ai vécu, enfant, avec le sentiment d’être suspect et je n’ai pu le dépasser que parce que j’avais une sécurité affective qui me faisait dire : « Suspect moi ? Tant que tu veux, mais j’existe. » Je n’avais pas la réaction violente qu’avaient certains de mes amis avec qui j’ai grandi, car ils n’avaient pas les mêmes acquis au départ.

Mustapha Amokrane

A voir absolument, pour illustrer ces propos : Zebda, « les chibanis », le doc’clip de Rachid Oujdi:

Chronique « Notre aventure musicale » extraite d’un entretien avec Céline Calmejane-Gauzins, intitulé « Notre radicalité, c’est d’essayer d’être justes », issu de la revue , Diversité, « Ville, École, Intégration » n°173-3ème trimestre 2013 « Cultures et pratiques Musicales : quelles perspectives éducatives pour tous ? » (voir liens ci-dessous)

diversite-culture-et-pratiques-musicales

Liens plus qu’utiles:

Revue Diversité-VEI:

Infos sur la revue Diversité-VEI (Ville-Ecole-Intégration)

Pour commander la revue Diversité-VEI par numéro

Pour s’abonner à la revue Diversité-VEI

Zebda + Mouss et Hakim

« Motivés » est là ! Une réédition de l’album avec de nouveaux titres, une tournée au printemps 2017 !

dates-motives

Dédicace spéciale à celles et ceux qui sont motivés en France et partout dans le monde !!!

Réédition de l’album Motivés! – Sortie le 3 février
EN EXCLU LE CLIP DE LA NOUVELLE VERSION INÉDITE
DE MOTIVÉS !
Déjà disponible en précommande → précommande
Toutes les infos → infos

page fb « Motivés »: Motivés

tournée de Mouss et Hakim

site Mouss et Hakim ou le contraire

Acheter « Vingt d’honneur » de Mouss et Hakim

vingt-d-honneur

Acheter l’album « Origines contrôlées » de Mouss et Hakim

origines-controlees

Acheter « Comme des Cherokees » de Zebda

comme-des-cherokees

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s