« Facebook et les animaux » partie 5 by The Rich Himself

Dog Blanket Pug Animal Bed Pet Face Funny
Dog Blanket Pug Animal Bed Pet Face Funny
« Les chroniques de facebook », chronique du mercredi 14 décembre 2016

    L’AC (animal de compagnie) est perçu comme une « personne » de confiance, et les scientifiques spécialisés dans le domaine ont démontré que cet entourage provoques chez les propriétaires des réactions hormonales facteurs de bien-être.

    Il existe bien d’autres vertus chez nos AC, dont je ne peux faire le tour ici sans tomber dans l’exhaustivité d’une thèse psycho-anthropologique. Juste quelques unes quand même, en guise d’illustrations.

    Nul besoin de faire d’effort afin d’être aimé de manière inconditionnelle par son AC, notamment des efforts pour préserver une bonne image. Même le dernier des crétins se voit idolâtré par son chien !

    Deux autres études scientifiques expliquent les liens émotionnels qui nous relient aux animaux. Tout d’abord il y a l’apprentissage culturel. Je m’explique : chez nous, les chatons sont perçus comme de petits êtres craquants et mignons, chez d’autres ils sont considérés comme sales et impurs (dans d’autres cultures).

    Ensuite, la science a prouvé que nous sommes génétiquement programmés pour « craquer » devant des créatures dotées d’yeux ronds, qui poussent de petits cris et paraissent vulnérables, à l’image de nos bébés. Cette réaction est donc un instinct de survie et de préservation de l’espèce humaine. Cela explique des comportements bien étranges. Ainsi il a été observé qu’un sauveteur de fortune (un amateur…) qui s’engageait dans une maison en feu, allait d’abord secourir le petit chaton dans le salon plutôt que la grosse mémé dans la chambre à coucher. Ha ! Ça, je vous assure ne pas l’avoir inventé, ça figure parmi les études de comportement analysées dans l’étude en question.

    En considérant cette extrême puissance affective de l’engouement actuel pour le monde animal et l’énorme marché qui en découle (voir « fb et les animaux » parties 1,2 et 3), la mode de notre époque est à l’évidence à l’hospitalité offerte aux autres créatures terrestres. Avant, l’animal était un objet dont la seule valeur attendue était l’utilité. Aujourd’hui, on voudrait le placer à l’égal de l’homme, comme le montrent toutes ces publis sur facebook où les animaux sont humanisés (animaux déguisés, doués de parole, adoptant des comportements humains, etc…) et celles où les hommes sont animalisés (profils d’amis avec un museau et des oreilles de chien par exemple…). Ce mix témoigne d’une volonté de paix et d’harmonie avec la faune de notre si belle et tendre planète… (oui là, j’ironise carrément).

    Comment dois-je donc terminer cette chronique selon vous : bien ou mal ?

(silence de réflexion…)

    Écoutez, vu que je suis en train de surfer sur une positive vibe qui réchauffe nos cœurs et nous donne bonne conscience, je me dis qu’il serait bon de continuer encore un peu dans cette voie, quitte à achever ma chronique dans une débauche de souffrance et de sang. Eh oui, cela se termine toujours de la même manière, dans la nature, dans notre monde et dans nos misérables vies : l’abominable.

    Rendez-vous donc la semaine prochaine pour se payer encore un peu de bon temps avec cette formidable « animania » qui nous anime tous aujourd’hui. Encore un peu de répit en perspective… Le dernier thème abordé sera « la défense des animaux ».

Ce qui est dit n’est plus à dire.
Votre serviteur,
The Rich

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s