« Facebook et les animaux » partie 3 by The Rich Himself

« Chroniques de facebook »: mercredi 30 novembre 2016
    La dernière fois, je vous ai quitté sur cette affirmation : les données relatives aux rapports affectueux qu’on lie avec nos chers AC et NAC, ainsi que les « profils types » qui en découlent, n’intéressent pas que les géants du marché animalier. Pour rappel, AC= Animal de Compagnie et NAC= Nouveaux Animaux de Compagnie (serpents, furets, etc…) Si l’on peut déduire, avec très peu de marge d’erreur, votre situation familiale, conjugale, financière, sociale, culturelle ou autre, en fonction de vos publications et partages animaliers, ces informations précieuses intéressent tout type de marché, qui peut ainsi bénéficier d’un ciblage publicitaire bien plus efficace. Juste un exemple : en France, 50 Millions d’euros sont dépensés chaque année par les propriétaires de chien pour réparer les appareils électriques détériorés à cause de leur charmante boule de poil (statistiques officielles ). Alors si vous avez un chien, ne vous étonnez pas de recevoir des publicités émanant de marques et sociétés spécialisées dans l’électronique et la technologie.
    Plus fort encore, on peut même calculer votre disponibilité émotive, votre humeur du moment, afin de vous injecter à l’heure la plus appropriée votre dose de pub, grâce aux fameux émojis que vous semez un peu partout sur le journal des publications. Cibler la pub, au bon endroit et au bon moment,c’est la clé du succès d’une COM à la fois optimale et très économique. Théorie du complot, délire paranoïaque, vision apocalyptique du monde et de l’humanité… Vous avez sans doute raison, et c’est ce que je voudrais croire également, mais toutes ces affirmations émanent de sources officielles objectives et pire, totalement assumées.
    Donc on ne s’en cache pas, les AC et les NAC constituent un business bien juteux, qui dope en prime bien d’autres marchés liés de près ou de très loin au marché animalier. Parfois même, il ne semble y avoir aucun lien. Les mafias de l’Est l’on compris déjà depuis longtemps, puisqu’elles délaissent peu à peu les anciens trafics (êtres humains, voitures volées, drogue, armes, etc…) au profit du trafic d’animaux, tout aussi lucratif et bien moins risqué. En Croatie par exemple, vous pouvez tranquillement laisser votre voiture ouverte avec les clés sur le contact et vos effets personnels sur les sièges, il ne vous en coûtera rien. En revanche, ne laissez surtout pas votre chien attaché en laisse à l’entrée d’un supermarché le temps d’aller faire vos courses !
    Pour finir cette partie encore assez sombre, on peut imaginer que le grand marché du monde animalier encourage volontiers notre passion pour les animaux. Cependant, il n’explique pas son origine. Le marché vient logiquement répondre à un engouement fort et largement partagé, ce qui est le propre de tout mécanisme économique. Alors d’où provient cet élan affectif pour la condition animale ? La réponse est à chercher du côté de l’affect en soi. Rendez-vous donc la semaine prochaine afin d’entrer ensemble dans le vif du sujet : le moteur émotionnel de « l’animania ».
Ce qui est dit n’est plus à dire.
Votre serviteur,
The Rich Himself

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s